Marie Anne Chazel Jeune – Depuis 1974, Marie-Anne France Jacqueline Chazel travaille au cinéma et à la télévision en tant qu’actrice, scénariste et réalisatrice.

Lundi 11 octobre, TF1 diffusera le téléfilm “tes côtés”, marquant le retour triomphal de Marie-Anne Chazel sur le petit écran. Bien que son père soit pasteur, son éducation religieuse a également eu un impact significatif sur sa vie.

Il n’y a pas beaucoup d’informations à notre disposition à ce sujet.

Marie-Anne Chazel est drôle, charmante et attachante et elle a conquis le cœur des Français. Ces personnes sont ravies de la revoir dans le film de TF1 À vos côtés, dont la première a eu lieu le lundi 11 octobre.

Marie-Anne Chazel suit les traces de sa mère Louba Guertchikoff en tant qu’actrice, mais son travail est aux antipodes de celui que son père a pu exercer. C’est parce que son grand-père, Paul Chazel, cultivait la terre.

L’ex-petite amie de Christian Clavier a révélé en octobre 2016 qu’il était protestant et avait tenté d’enseigner la foi à sa fille. L’actrice s’est imprégnée de l’atmosphère de cette communauté lors de vacances “dans une maison d’enfants de

Chambon-sur-Lignon”, une commune de la vallée du Lignon. Un souvenir de sa jeunesse qui l’a marqué durablement. “Pour moi, Le Chambon-sur-Lignon représente une pierre angulaire de la culture protestante. En fait, mon grand-oncle Yves Chazel était un pâtissier local bien connu.

Mon frère a également fréquenté le Collège Cévenol. Mon père avait spécialement choisi ce domaine à cet effet », donnez-moi les détails.

Les parents de Marie-Anne Chazel sont un boulanger nommé Paul Chazel et une actrice juive russe nommée Louba Guertchikoff. Elle est née le 19 septembre 1951 à Gap. Elle est la Benjamine de la famille et elle a trois frères et sœurs :

les sœurs Marie-Claude et Marie-Laure et un frère, décédé en 2003. Une solide éducation religieuse est dispensée aux frères. Après avoir vu sa mère jouer, la petite fille très sérieuse se passionne très tôt pour le théâtre à l’âge de cinq ans.

La famille Chazel s’est installée à Neuilly-sur-Seine depuis Gap et ses environs en Provence. Au lycée, le protagoniste rencontre Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Michel Blanc et Christian Clavier.

Elle s’est inscrite à un programme de premier cycle en histoire et géographie après avoir obtenu son baccalauréat. L’heureux groupe d’amis suit également le cours de théâtre de Tsilla Chelton. Ensemble, ils fondent la compagnie de théâtre Splendid.

La mère de Marie-Anne Chazel, qui confectionne les costumes de la troupe avec des toiles d’araignées, est fière du choix de carrière audacieux de sa fille malgré la désapprobation de son père.

Il est interdit aux membres de la Splendid Theatre Company de discuter des premières œuvres en cours du spectacle, comme

“Ma tête est malade” et “Le pot de terre contre le pot de vin”, lors d’auditions publiques. Plusieurs comédies (dont L’aile ou la cuisse, Vous n’aurez pas l’Alsace et la Lorraine et Le coup de sirocco) mettent en scène Marie-Anne Chazel à partir de 1975.

En 1976, le groupe atteint son premier niveau de succès avec la production Amour, coquillages et crustacés. Deux ans plus tard, un producteur propose au casting du Splendid de transformer ce hit en un film intitulé “Les Bronzés”, avec Patrice Leconte en charge de la production.

Au fil du temps, chacun dans le groupe trouve son créneau et les réunions occasionnelles deviennent encore plus précieuses. L’actrice continue de tourner (L’amour en douce,

Tranches de vie, La gitane, Mes meilleures amies). En 1993, elle partage la vedette avec Christian Clavier dans le film Les visiteurs de Jean-Marie Poiré, et la suite, Les couloirs du temps : Les visiteurs 2, sort l’année suivante (1998). En 2004, elle passe devant la caméra pour réaliser

son premier long métrage, Au secours, j’ai 30 ans ! avec Pierre Palmade. Après avoir fait un clin d’œil à son ami Michel Blanc dans Grosse Pain, toute la distribution du Splendid a accepté de reprendre ses rôles d’iconique Bronzés dans Les Bronzés 3 : Amis pour la vie (2006).

Puis elle se lance dans le tournage des adaptations par Daniel Auteuil des romans de Marcel Pagnol (comme “La fille du puisatier” en 2011 et “Marius et Fanny” en 2013).

En 2014, le conte de Noël sera repris au Théâtre Tristan Bernard de Paris, mais cette fois-ci sous la direction de Pierre Palmade, avec la bénédiction de Marie-Anne Chazel et de toute la distribution du Splendid.

Marie Anne Chazel Jeune