Kevin Fortune Fille – Kévin Fortuné évoque également l’étrange préparation qu’il a subie après le drame : “On devait reprendre en juin.” Aux premières heures du lundi, tout semblait se dérouler sans heurts. Cependant, après trois heures, son état s’est considérablement aggravé.

Mon amie m’a appelé pour me dire qu’elle était hospitalisée à Toulouse et que je devais y descendre immédiatement. Nous sommes restés avec elle à l’hôpital pendant trois jours.

Kévin Fortuné ne quittait pas le pays lors de la reprise des entraînements du RC Lens ; au lieu de cela, il faisait face à une tragédie familiale, le décès de sa petite-fille Giulia Rose.

Mercredi, tout le monde a semblé se remettre en pleine forme. Son état s’est détérioré jeudi et elle est partie tôt vendredi matin. Je n’avais pas la force d’éviter de tomber en arrière après l’impact, j’ai donc dû me relever un peu plus tard.

En conséquence, j’ai été obligé de tenir la promesse que j’avais faite à ma fille. Et j’en avais vraiment besoin aussi. Pour la simple raison que si j’étais resté à la maison comme ça, je n’aurais pas pu résister… Revoir mes coéquipiers, reprendre contact avec le ballon, tout cela m’a été d’une grande aide. .

Ça a été dur la première semaine. Maintenant, c’est une énorme puissance mentale qui m’accompagne partout. «

C’est vrai, à 26 ans j’ai signé mon premier contrat professionnel. Néanmoins, j’ai toujours cru cela. Même si j’ai quitté le DFCO, c’était pour mieux me ressourcer pour une signature de niveau pro.

J’ai parfois pris de l’avance sur moi-même, mais cet objectif n’a pas changé. Je ne voulais pas simplement jouer au football à côté; Je voulais être professionnel.

Et à la veille de mes 27 ans, je fais match nul contre Tours pour la première fois dans le football professionnel avec un but. Ensuite, le lundi suivant, on a marqué un doublé lors du match de Coupe de la Ligue face à Ajaccio.

Et puis contre Nîmes, où j’ai marqué l’un de mes plus beaux buts dans un effort individuel qui m’a fait éliminer à la fois la défense et le gardien. Alors, quand j’irai me coucher ce soir, je serai comme un enfant qui vient de recevoir un cadeau. Je ne peux pas exprimer à quel point je suis heureux.

J’ai travaillé dur, et maintenant mes notes sont meilleures que jamais… Je me retire avec beaucoup de bonnes pensées ; J’espère renouveler cette attitude pour le prochain match, en mettant l’effort pendant la semaine pour marquer plus de buts le week-end.

En ce moment, nous sommes dans une spirale descendante à laquelle il n’y a pas d’échappatoire. Mais ils existent vraiment, et je sais qu’avec suffisamment d’efforts et de sacrifices, l

es autres reviendront avec le premier. Et surtout, j’ai appris que faire une marque est comme un objectif, donc je me trouve moins déterminé à le faire. D’après mon expérience, il y a des moments où il est nécessaire d’apprendre à donner.

A Lens, je me suis beaucoup concentré sur le fait d’être décisif dans les 25 derniers mètres de matchs, que ce soit par les passes décisives ou les buts (trois passes décisives et un penalty causé en quatre matchs cette saison, ndlr).

Pourtant, en tant qu’attaquant, le marquage est toujours utile. Alors, je vais y aller. Pour être honnête, cela ne me dérangerait pas si je faisais la passe. Je mettrai certainement une marque dessus si je peux. J’aiderai mon coéquipier à être noté s’il est dans une meilleure position.

Kevin Fortune Fille

You may also like...