Fils De Jacques Weber – Acteur, réalisateur et auteur français, Jacques Weber est un artiste aux multiples talents. À l’âge de vingt ans, Weber s’inscrit au Conservatoire national supérieur d’art dramatique, où il obtient finalement le Prix d’Excellence. De son passage chez Robert Hossein à Reims, il enchaîne une carrière fructueuse au théâtre et intermittente au cinéma.

En 1970, il est engagé par Marcel Cravenne pour jouer Tartuffe. La même année 1972, il incarne Haroun dans Faustine et le Bel Été et Hugo dans État de siège, tous deux mis en scène par Costa-Gavras. Dans “Le Malin Plaisir” (1975), Claude Jade le séduit, et dans “Une femme fatale”, Anicée Alvina fait de même (1976).

Ce sont ses fils, Tommy Weber et Stanley Weber.

Lorsqu’on lui a demandé s’il pensait que son fils Stanley avait besoin de “tuer le père” pour suivre vos traces d’acteur, le père de Stanley a répondu : “Non”.

Jacques Weber répond sans hésitation : « Grâce à leur mère, j’ai trois enfants merveilleusement équilibrés, brillants, intelligents et séduisants.

D’abord, avoue-t-il, « j’ai un énorme problème avec mon fils Stanley, qui a choisi de faire le même travail que moi.” Il a poursuivi en expliquant qu’il pense que Stanley, comme lui, a un “besoin absolu de se déconnecter de son père, de l’oublier.”

Il dit toujours: “Je préférerais que tu restes mon père” chaque fois que je lui suggère essayez d’agir, malgré le fait que je sais qu’il a des côtelettes d’acteur. Je peux honnêtement dire que c’est l’une des plus belles déclarations que j’ai jamais entendues. Il soupire et tire une conclusion.

Le cinéma étant dans le sang de la famille Weber, il va de soi que leur talent s’est transmis de génération en génération. Un bel intérêt commun qui oblige pourtant Jacques Weber et

Stanley à rester en dehors des plates-bandes l’un de l’autre afin de maintenir leur lien inégalé de père et de fils. Gardez toujours les bases à l’esprit. Ces deux-là nous offrent une précieuse leçon de vie.

Cinéma, télévision et scène… Pour faire simple, Stanley Weber est partout. Diplômé du Cours Florent en 2004, il s’inscrit au Conservatoire National d’Art Dramatique en 2009, puis part un an étudier à l’illustre London Academy of Music and Dramatic Art.

Son premier rôle au cinéma est venu en 2008 pour le véhicule Audrey Dana Sous les jupes des filles. Depuis lors, il est apparu dans des films comme Le premier jour du reste de ta vie (dans lequel le protagoniste marche pieds nus sur des limaces),

Pilgrimage (qui n’est sorti que récemment) et Fly (avec Camille Cottin), A French Affair, et Tears (un court métrage de Mylène Farmer).

Le jeune acteur très sex-appeal (il est apparu entièrement nu dans Le Malin Plaisir) était dans Bel Ami (1983), d’après le roman de 1885 de

Guy de Maupassant et adapté par Pierre Cardinal. Les adaptations télévisées de Denys de La Patellière et de Gilles Béhat du Comte de Monte Cristo l’ont présenté dans des rôles clés.

Des rôles au cinéma comme le séduisant Comte de Guiche dans Cyrano de Bergerac (1990) et Don Juan (1998) lui ont attiré l’attention. Avec Isabelle Adjani, il réalise en 2008 une adaptation France 3 du Figaro.

Après des apparitions au Centre dramatique national de Lyon (Théâtre du 8e) de 1979 à 1985 et au Théâtre de Nice, Centre dramatique national

Nice-Côte d’Azur de 1986 à 2001, il évolue vers d’autres lieux. Il a dirigé et joué dans un certain nombre de rôles de théâtre emblématiques, dont Cyrano, un rôle qu’il a maîtrisé au cours de nombreuses saisons.

Le premier livre de Jacques Weber, Des petits coins de paradis, est sorti en octobre 2009 et raconte sa vie d’artiste et son cercle d’amis.

Lui et sa femme, Christine Weber, sont les fiers parents de Kim, une fille, et des fils Tommy et Stanley.

Fils De Jacques Weber