Dimitri Szarzewski Fils – Le rugbyman international français Dimitri Szarzewski est né le 26 janvier 1983 à Narbonne (Aude). Après avoir été soigné à l’AS Béziers, il enchaîne les rôles de talonneur du Stade français puis du Racing 92. Il est admiré pour sa rapidité et son accompagnement, tous deux inhabituels chez un talonneur.

C’est son fils, Hugo Szarzewski, qui a porté le nom de famille.

Ses grands-parents ont immigré en France en 1930 dans la ville de Houdain dans le Pas-de-Calais pour travailler dans les mines de charbon, ainsi Dimitri Szarzewski peut revendiquer une ascendance polonaise.

Après avoir fait ses débuts dans le rugby à Cuxac-d’Aude, il passe à l’AS Béziers, où il devient un habitué de la première division du rugby français et participe à des tournois comme la

Coupe d’Europe 2002-03. Après avoir été sélectionné à plusieurs reprises pour l’équipe de France des jeunes, il est devenu vice-champion du monde des moins de 19 ans en 2002 et champion du monde des moins de 21 ans en 2003.

Pour la tournée d’été 2004 en Amérique du Nord, Bernard Laporte le choisit pour remplacer William Servat, et le 10 juillet de la même année, il fait ses débuts avec l’équipe de France lors d’un match contre l’équipe nationale canadienne (victoire 47-13).

Sur le terrain en novembre 2006, il se blesse au coude lors d’un match test mais continue à jouer jusqu’au match du Tournoi des Six Nations 2007 entre l’Italie et la France, au cours duquel il subit immédiatement une sous-luxation.

La blessure de Mathieu Blin en demi-finale du championnat contre le Biarritz olympique a précipité son retour ; il joue les vingt dernières minutes contre Clermont et devient Champion de France10.

Ce n’est que quelques jours plus tard que Bernard Laporte l’appelle pour être le sosie de Raphaël Ibaez dans la prochaine Coupe du Monde.

En 2008, Szarzewski a été nommé talonneur permanent de l’équipe de France, et il a prolongé son contrat avec le Stade français jusqu’en 2012. À partir de la tournée de l’été 2009 en Nouvelle-Zélande et en Australie, il a été le remplaçant de l’équipe nationale pour William Servat. Depuis 2011, il est vice-champion du monde et a remporté le Grand Chelem 2010.

Bien que la Nouvelle-Zélande ait eu moins de cas de coronavirus que d’autres pays (142 au 24 mars), les autorités sont convaincues que le nombre pourrait exploser si des mesures drastiques ne sont pas prises. De plus, la Première ministre Jacinda

Ardern a ordonné une quarantaine générale à partir de mercredi soir dans le but d’arrêter la propagation de l’épidémie de CovD19.

Dur traitement pour la progéniture de Dimitri Szarzewski. Hugo, 16 ans, demi d’ouverture des Cadets Alamercery du Racing 92, vit à l’autre bout du monde depuis début février. “Pour l’ancien talonneur international (83 sélections), l’explication d’Hugo est qu’il est un ninja du rugby. Il y a toujours eu des fuites de l’intérieur tout au long de ma vie professionnelle.

Et il a envie de jouer au rugby professionnel depuis qu’il est tout petit.” . C’est le truc de son imagination la plus folle. Pendant longtemps, j’ai envisagé de l’envoyer à l’étranger, car étudier à l’étranger est une opportunité qui change la vie. Ma propre vie professionnelle a été entravée par ma maîtrise limitée de la langue anglaise.

Le passage du temps s’est donc accéléré. Dimitri Szarzewski a discuté de son plan avec l’ancien joueur de Lou, Brive et Montpellier Régis Lespinas.

Ce dernier est parti un temps tenter sa chance en Nouvelle-Zélande et est depuis revenu avec l’idée d’établir des stages d’été au pays des Kiwis. “Mais je ne voulais pas envoyer mon enfant dans une colonie de vacances, sourit Dimitri. J’avais espéré qu’il vivrait comme un natif pendant six mois.” Hugo, en revanche, montre quelques signes de réticence.

“Son père explique que son fils n’était pas convaincu au départ. Cela lui faisait peur de quitter ses amis, son équipe et sa famille.” Puis un jour il s’est réveillé. Il a dit à ses parents d’un ton assuré: “Je n’ai pas dormi du tout la nuit dernière, j’y ai beaucoup réfléchi et j’ai décidé que je voulais déménager en Nouvelle-Zélande.”

Dimitri Szarzewski Fils

You may also like...