Annie Ernaux Compagnon – Annie Ernaux, géante littéraire de 82 ans en France, a reçu jeudi 6 octobre le prix Nobel de littérature. Une récompense pour l’auteure qui a su préserver son intimité tout au long de sa carrière.

Annie Ernaux, auteure féministe, a bouleversé la littérature française avec la publication de son premier roman, “Les Armoires vides”. Ces œuvres intimes et autobiographiques parlent aux lecteurs à travers les générations en explorant le corps féminin et les violences qui ont été perpétrées contre lui.

Philippe Ernaux, son mari depuis 17 ans et père de ses fils Eric et David, a quitté la famille au début des années 1980.

Annie Ernaux, professeur de littérature française et auteur, a laissé une marque indélébile dans le canon littéraire de son pays. Elle combine sociologie et autobiographie et reste une écrivaine indépendante et franche, notamment sur les questions féministes.

L’auteur a reçu le prix Nobel de littérature le 6 octobre 2022, faisant d’elle la dix-septième femme à remporter le prix depuis sa création en 1901.

La romancière a de nouveau été honorée par l’Académie pour « l’audace et l’acuité clinique avec lesquelles elle découvre le les racines, les distances et les contraintes collectives de la mémoire personnelle.”

Originaire de Lillebonne, France, Annie Duchesne est née le 1er septembre 1940. (Seine-Maritime). A Yvetot, en Normandie, elle grandit et vit son adolescence. Annie Ernaux a fréquenté les universités de Rouen et de Bordeaux après être née dans une famille ouvrière.

Ses parents ont d’abord été ouvriers d’usine et ont ensuite ouvert une petite épicerie. Elle obtient d’abord sa certification d’enseignante, puis en 1971, elle obtient sa maîtrise en langues et littératures modernes. Elle consacre actuellement du temps à un projet de thèse approfondi centré sur Marivaux.

À partir du début des années 1970, elle enseigne au lycée de Bonneville4, au collège d’Évire à Annecy-le-Vieux, et enfin à Pontoise, avant de rejoindre le Centre national d’enseignement à distance (CNED)5.

Depuis 1975, elle a élu domicile à Cergy.

Les écrivains peuvent être entendus parler à d’autres écrivains. Et parmi eux, il est probable que Proust parle plus fort et plus loin que la plupart des autres.

Annie Ernaux a une jolie formule : “La “Recherche”, c’est une oeuvre qui “oblige”: elle est, pour les écrivains, ce que fut “l’Imitation de Jésus-Christ” pour les chrétiens du XVIIe siècle.”

Auteur de “The Place”, elle a prononcé ces mots lors d’un séminaire de 2013 animé par Antoine Compagnon au Collège de France, et leur intensité est choquante.

Faire converser un Proust avec un Ernaux, faire étourdir Ernaux par la fréquence avec laquelle Proust et la “Recherche” apparaissent dans son journal d’écriture”, et faire s’exclamer Ernaux : “Plus Proustienne que moi, tu saignes !” est une autre preuve de l’attrait mondial de l’esprit proustien.

Annie Ernaux a publié deux livres en 2011 : L’Autre Fille (lettre à sa sœur décédée avant sa naissance) et L’Atelier noir (collection de cahiers d’écriture avec notes, plans et réflexions sur le travail en cours de l’auteur) .

La même année, la collection Quarto publie un livre intitulé Écrire la vie. Elle compile ses écrits autobiographiques dans un livret de 100 pages, agrémenté de photographies et d’extraits inédits de son carnet personnel.

Près de soixante ans plus tard, en avril 2016, elle publie un mémoire intitulé Mémoire de fille dans lequel elle revient sur l’été 1958, alors qu’elle a 18 ans, et a eu ses premières relations sexuelles lors de vacances dans une colonie de

l’Orne, une expérience qui restera avec elle comme “le grand souvenir de la honte, plus minutieux et intraitable que tout autre”, comme elle le dit dans le livre. Ce souvenir, qui est, à la fin, le don de la honte. Les idées féministes sont au centre de son travail.

Annie Ernaux Compagnon

You may also like...