Affaire Flactif Condamnation – Le procès en appel de David Hotyat, pour sa condamnation dans les meurtres en avril 2003 de cinq membres de la famille Flactif, devait s’ouvrir lundi devant la Cour des juges affectés de la vallée du Rhône. Cependant, l’accusé a décidé à la dernière minute de retirer son appel et le tribunal a fini par lui donner raison.

La condamnation initiale de David Hotyat à la prison à vie sans libération conditionnelle assortie d’une période de probation de 22 ans devient définitive.

David Hotyat a été reconnu coupable et condamné à une peine de prison à perpétuité assortie d’une peine de sûreté de 22 ans lors d’un procès qui a duré du 12 juin 2006 au 30 juin 2006. Le procès s’est déroulé à Sevrier devant la cour d’assises de Haute-Savoie.

Une fois de plus, le jury a strictement suivi les instructions de l’avocat général. Malgré son apparente liberté, Isabelle Haremza a fait l’objet d’un mandat d’arrêt délivré par le président de la cour d’assises présent à l’audience.

Me Didier Leick et Luc Brossolet, deux des quatre avocats représentant Hotyat (qui affirmaient que la famille avait été abattue par deux inconnus alors qu’il était assommé dans le chalet), ont plaidé son acquittement dans un exercice d’équilibriste à l’issue de le matin.

Pendant trois semaines, les avocats des accusés ont présenté des preuves accablantes sous forme d’accusations et de témoignages (trois femmes et six hommes).

Les avocats ont en effet souligné qu'”il ne pouvait pas être seul le 11 avril 2003 pour tuer, brûler les corps et nettoyer le chalet, donc il n’a peut-être pas tué la famille Flactif”. L’expression « il y a un doute et l’incertitude doit favoriser l’accusé » est au cœur de leur vision du monde.

Au cours du procès de trois semaines, Alexandra Lefèvre s’est présentée comme une victime de Hotyat dans le but de minimiser son implication.

“J’avais peur qu’il me fasse subir le même destin”, a-t-elle déclaré, expliquant sa reddition et l’horreur que son compagnon d’influence de l’époque avait généré en elle.

L’audience de lundi après-midi devant la cour d’appel de Lyon a pris une tournure inattendue. Quelques heures seulement avant le début de son deuxième procès, David Hotyat, qui avait déjà été reconnu coupable lors du premier procès et avait fait appel de cette décision, a décidé qu’il ne voulait pas être jugé à nouveau.

un scénario juridique qui se produit rarement. La loi stipule qu’il avait jusqu’au 15 octobre pour renoncer formellement à ses droits. Le tribunal a accepté d’entendre la demande de David Hotyat après un débat houleux avec toutes les parties à ce procès.

Certains proches des victimes ont peut-être profité de l’occasion pour exprimer leurs condoléances en personne lors de ces événements.

Me Dufour, l’avocat de la victime, pense qu’il devrait abandonner l’affaire. Lorsqu’un deuxième procès est annulé, la peine initiale est maintenue.

Bien qu’ils aient été présents lors des premières enquêtes, des ordinateurs portables et d’autres fichiers connexes manquaient à l’appel lorsque la police a effectué une deuxième perquisition. Quelqu’un a dû passer par la cabane et les ramasser.

Le Flactif est-il capable de récupérer des fichiers douteux ? Car la police apprend que Xavier Flactif cachait des secrets lorsqu’elle enquête sur la disparition de sa famille.

Le couple possède 70 comptes bancaires différents, dont certains sont situés en Belgique et dans des paradis fiscaux. Ils ont aussi des dettes, à hauteur de trois millions d’euros.

A noter également que Xavier Flactif a donné à sa société le nom de son épouse. Pourquoi donc?

Car la direction de l’intéressé a été interdite suite à une série d’incendies criminels dans le nord de la France.

La police commence son enquête de quartier et suppose que la liste d’ennemis du couple pourrait être assez longue. Il est sûr de dire que les habitants n’aiment pas trop la famille riche qui peut se permettre de s’offrir un lodge de 400 mètres carrés.

David Hotyat, l’un de leurs voisins, s’est montré particulièrement agressif et perturbateur dans leur vie. Semblable à sa femme, Alexandra, il n’hésite pas à s’exprimer devant les caméras de France 2. Sur TF1, elle qualifie Xavier Flactif de “connard” qui traite son public de “des esclaves” et le décrit lui-même comme “connard”.

Affaire Flactif Condamnation

You may also like...